PROFESSIONNALISME – ETHIQUE ET DÉBAT D’IDÉES

Mimi engage la presse à faire davantage de preuve de  responsabilité

Profitant de la cérémonie d’inauguration des nouveaux locaux du groupe de communication Promo Consulting de Mbagnick Diop , la Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental, Aminata Touré, a engagé la responsabilité de la presse dans le professionnalisme, l’éthique et les débtas d’idées…

Après avoir félicité le président Mbagnick Diop pour cette initiative et pour son engagement pour une presse de qualité, la Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental n’a pas manqué hier, lors de l’inauguration du siège du Groupe Promo Consulting dont le nom porte le 6ème Khalife général des Mourides Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Fadilou, de rappeler le rôle fondamental de la presse dans le fonctionnement de la démocratie. « Par cette réalisation, vous venez d’enrichir le paysage audiovisuel sénégalais. Comme nous en avons souvent discuté, le journalisme est un sacerdoce. Le journalisme est en réalité un beau métier mais, il faut également se montrer digne partout, en tous lieux et dans les actes qu’exige ce noble métier pour lequel j’ai beaucoup de respect et de considération», a dit la présidente du Cese ». Poursuivant, Mme Aminata Touré rappelle aux professionnels de l’information et de la communication que la presse a des défis à relever. La presse, pour ceux qui ont mené des combats pour la liberté, savent, selon elle, qu’elle incarne cette liberté. La presse incarne, pense-t-elle, la tolérance, le respect, la culture, l’égalité entre les femmes et les hommes, la justice. Ce qui lui vaut d’avantage d’acquérir, à l’en croire, la capacité à faire face à ses responsabilités. Lesquelles procèdent, selon Mme Touré, à des grands défis que nous devons relever en tant que pays aspirant à l’émergence. « J’en profite pour saluer mon ami Mamadou Oumar Ndiaye que j’ai connu depuis plus de 30 ans et qui s’est toujours battu pour une presse libre et démocratique. Je suis d’ailleurs toujours ravi de partager des rencontres de ce genre avec lui », témoigne la Présidente du Cese.
« La presse doit pouvoir appuyer la fécondation des intelligences, susciter les débats qui sont des débats d’intérêt pour le pays »

C’est pourquoi, Mme Touré reste convaincue que la presse peut surmonter ces défis en mettant en avant ce qu’elle pourrait appeler un pacte national. Et d’ajouter : « Le pacte national, c’est tout simplement la confiance dans la démocratie. Le pacte national, c’est l’achèvement de la promesse républicaine autour des valeurs, autour de l’école, autour de la protection des femmes et des filles contre les violences mais aussi et tout simplement autour de la République, de la dignité humaine. En un mot autour de l’intérêt général que nous partageons tous. C’est justement au nom de cet intérêt général que la presse doit faire des efforts d’adaptation pour que nous soyons une presse qui serve nos efforts de développement. Une presse qui doit s’astreindre à efforts de rigueur  dans la collecte et le traitement de l’information. » Elle explique que la presse doit également nous encourager dans nos efforts de civisme pour susciter et même faciliter un meilleur vivre ensemble dans un Sénégal harmonieux. Voilà, selon elle, le pacte qu’il va falloir nouer pour ouvrir un nouveau cycle celui d’une coopération avec les pouvoirs publics et à tous les niveaux. En effet, explique Mme Touré, les efforts consentis par le Président de la République depuis son accession à la tête du pays doivent être soutenus et encouragés dans l’intérêt de tous. « La presse tout en préservant son indépendance, sa liberté d’analyse doit être dans l’échange, le croisement des regards et celui des opinions. Nous estimons aussi que la presse doit pouvoir appuyer la fécondation des intelligences, susciter les débats qui sont des débats d’intérêt pour le pays. J’ai l’habitude de dire que les sénégalais ne vivent pas que de politique. Les Sénégalais aspirent à avoir des emplois décents, à vivre  dans un  environnement decent, dans la communion, dans le dialogue des religions. Donc, la presse doit pouvoir être un véhicule, en plus d’offrir des plateformes pour renforcer notre volonté commune de vivre ensemble selon  la Présidente du Cese. Elle se dit convaincue que notre pays a besoin d’un climat apaisé, fait de confiance, d’entente, de cordialité et même de gentillesse à « l’image du président du groupe Promo Consulting, Mbagnick que nous célébrons aujourd’hui ». « Nous lui connaissons pour son grand sourire mais aussi pour ses avis tranchés » , conclut la présidente du Cese.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password