PORTRAIT A LA UNE

CHEIKH MOUHAMADOU BAMBA SALL 

Une approche originale dans l’analyse des phénomènes sociaux

Prises de parole soignées, langage châtié.  La voix de Cheikh Mouhamadou Bamba Sall, Président de la Ligue des Imams et Prédicateurs du Sénégal détonne avec beaucoup de résonnances lors des Sessions du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Ses interventions sont scrutées et attendues à chaque fois que la parole lui est donnée tant il séduit par son vocabulaire recherché et ses analyses pointues des faits économiques, sociaux et culturels. Le diagnostic est toujours sans complaisances et les références le plus souvent puisées des enseignements du Prophète (PSL) et de l’Islam.

Imam, chef religieux, prédicateur, fondateur du Mouvement « Al Ouma » dont il est le responsable moral, le Conseiller Cheikh Mouhamadou Bamba Sall a plusieurs casquettes qu’il porte à l’aise comme dans ses grands boubous, sans se départir de son statut d’arabisant intellectuel qui fait son originalité.  Lors de la Première Session extraordinaire de l’année 2019, face au ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, Ndeye Sali Diop Dieng, il a fait un brillant exposé sur les violences faites aux femmes avec une lecture originale qui a permis à l’assistance de se faire une idée sur les racines du mal. Selon l’interprétation de l’imam Cheikh Mouhamadou Bamba Sall, la violence est consubstantielle à la nature humaine et seule une approche transversale et concertée associant économistes, psychologues, sociologues et religieux pourrait aider à freiner le fléau.

De même, sur la question de l’emploi des jeunes, il propose une inversion des priorités par l’éducation de masse et la sensibilisation. « Je ne peux pas comprendre que le chômage soit accru dans les pays développés, parce qu’il n’y a plus rien à construire. Mais, un pays en développement, où tout est presque à faire,  je ne peux concevoir que les jeunes peinent à trouver du travail»

Ce grand érudit de l’Islam ne nourrit aucun complexe devant certains intellectuels qu’il a l’habitude d’indexer en tant que responsables de beaucoup d’échecs dans notre pays. Mais autant, il reste convaincu de la faillite des intellectuels, autant il abhorre le comportement de certains religieux.

Ce militant de l’Islam pacifique développe un discours sans aucune concession sur les terroristes « J’ai séjourné dans beaucoup de pays arabes. J’ai rencontré des terroristes qui ne savent même pas comment on prie. C’est pour dire qu’ils méconnaissent l’Islam. Ce sont des gens qui se sont révoltés et qui ont fait de l’Islam leur arme ». Et d’avertir : « La fin du terrorisme, ce n’est pas pour demain. Il ne cesse de se développer. Et notre pays aura du mal à échapper à ce phénomène. Parce qu’ils se sont installés ici depuis longtemps. Ils sont dans plusieurs secteurs »

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password