PREMIÈRE SESSION EXTRAORDINAIRE 2019

 

Discours de clôture de Mme la présidente :

A l’ouverture de cette session, le Conseil a reçu le Ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants, qui a fait une présentation sur le thème « Quelles stratégies pour la prévention des violences faites aux femmes et aux filles au Sénégal, la protection et la prise en charge des victimes ? ».

Les exposés du Ministre et des personnalités de la société civile invitées ont permis d’aboutir à des conclusions, en termes de stratégies et d’actions opératoires pour assurer une meilleure préservation de l’intégrité physique et morale de la composante féminine de notre société. En rappel, l’exercice a été déroulé dans un contexte récent marqué par la recrudescence d’actes de violences et d’agressions physiques graves au préjudice de femmes et de filles. Ainsi, l’application des recommandations vise la réduction drastique du taux de violences au sein du ménage qui est évalué à 60 %, selon l’étude du Laboratoire du Genre de l’Université Gaston Berger de Saint Louis.

Le Conseil a animé avec l’Association des Brevetés des Ecoles nationales d’Administration et de Magistrature (ABENAM), une séance plénière d’informations sur l’impulsion nouvelle à donner à notre administration publique, dans un contexte d’émergence, en termes de mutations, d’ajustement et de changement. Les échanges ont porté sur les mesures à entreprendre pour aboutir à une Administration transformée en outil de développement véritable, avec des procédures simplifiées, rationalisées, efficientes, efficaces et performantes, outre une gestion optimisée des attentes des usagers du service public ; le tout, dans le sillage de l’appel à transformation réitéré par Son Excellence le Président Macky SALL, lors du récent lancement du Programme d’Appui à la Modernisation de l’Administration.

Il convient de noter la participation à la réflexion du Ministre Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, du Secrétaire général adjoint du Gouvernement et du Directeur général du Bureau Organisation et Méthode.Avec le Ministre en charge du PSE, nous avons fait un tour d’horizon de «l’état d’exécution du PAP 2019-2023 du PSE ». La séance a permis de constater les efforts décisifs déployés par le Gouvernement sous l’impulsion de Monsieur le Président de la République, pour asseoir notre pays sur les rampes de l’émergence.

Ainsi, le plan d’investissement massif de l’Etat en faveur des secteurs fondamentaux de notre économie, a été présenté et les Membres du Conseil ont eu l’occasion de formuler des recommandations fortes destinées à affiner davantage les stratégies d’intervention du Gouvernement.En présence du Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, nous avons réfléchi sur le thème :  » Quelles politiques pour une plus grande compétitivité du secteur privé national et une mobilisation des ressources intérieures indispensables à la transformation structurelle de l’économie dans un contexte de libre échange continental ? « .

Les débats ont porté sur les contributions attendues du secteur privé dans la mobilisation des ressources indispensables à la transformation structurelle de notre économie. Cette phase correspond à l’entrée en scène plus soutenue du secteur privé national dans l’exécution du Plan Sénégal Émergent et permettra à notre pays d’être mieux préparé au contexte de concurrence régionale instituée par les nouvelles règles de l’intégration économique africaine.


Avec le Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, nous avons présenté un avis sur le thème « Rénovation de l’apprentissage, promotion de la créativité et du travail décent au Sénégal : impacts sur le développement de l’auto-emploi des jeunes ».
La réflexion du Conseil combinée aux efforts du Gouvernement a permis de formuler des recommandations fortes en faveur d’une formation professionnelle rénovée en termes :

● De filières de formation professionnelle plus adaptées aux besoins de notre économie ;

● D’une meilleure insertion des sortants et des diplômés de notre système éducatif et de formation professionnelle ;

● D’un apprentissage qualifié pour promouvoir l’emploi durable ;

● D’un artisanat modernisé et créateur d’emplois en plus grand nombre ;

● D’une exploitation plus optimale du potentiel d’emplois que peut générer l’agriculture;

●D’une anticipation de formation sur les métiers du pétrole et du gaz;

Le Conseil a clôturé cette session par quelques actes de procédures et l’examen de la révision du règlement intérieur.
La modification du règlement intérieur, qui est notre outil pratique de travail, vise un certain nombre d’objectif ayant trait à des nécessités d’adaptation et d’amélioration du corpus de règles d’encadrement, allant dans le sens d’une optimisation du potentiel d’intervention du Conseil.

A ce titre, nous avons adapté le document à la réalité de la suppression de la référence à la fonction de Premier ministre. Aussi, la procédure simplifiée et d’urgence prévue par la loi organique portant sur le CESE, a été transposée et aménagée dans le nouveau règlement intérieur, pour répondre justement au besoin d’adaptation au rythme actuel d’accélération de l’exécution de l’action publique, imprimé par le Chef de l’Etat.

Enfin, il est question de proposer une animation scientifique soutenue lors des périodes d’intersession, afin de donner davantage l’occasion à notre Institution d’échanger avec des acteurs divers sur des sujets de grande importance pour l’amélioration de la Gouvernance publique.

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password