Discourt de la Presidente du CESE

Excellence, Monsieur le Président de la République,

Il m’échoit, encore une fois, l’honneur de sacrifier, en cet instant solennel, au rituel de la remise officielle du rapport annuel du Conseil économique, social et environnemental.

Permettez-moi de vous remercier, très sincèrement, pour nous avoir reçu malgré votre agenda très chargé, nous permettant, ainsi, de nous acquitter de ce devoir républicain, en compagnie de l’ensemble des membres du conseil, conformément aux dispositions de la loi organique n° 2012-28 du 28 décembre 2012portant organisation et fonctionnement du Conseil économique, social et environnemental.

Monsieur le Président de la République,

Les rapports annuels 2014 et 2015 du CESE retracent l’ensemble de nos travaux et activités de ces deux dernières années, travaux déjà portés à votre très haute attention après chaque session, toujours dans la perspective d’accompagner la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, comme nous en avions réaffirmé l’engagement au début de la première session ordinaire de l’année 2014.

Quelques innovations ont été apportées à la présentation dudit rapport, relativement à son contenu qui, désormais, prend en charge une analyse de la situation économique sociale et environnementale de l’année écoulée et l’ensemble de nos travaux, aussi bien en période de session, qu’en intersession, tant au niveau national qu’international.

En effet, les présents rapports s’articulent autour de trois parties :

  1. une première partie présentant une analyse succincte de la situation économique, sociale et environnementale de l’année écoulée ;
  2. une deuxième partie relative aux travaux effectués durant les sessions ordinaires et extraordinaires, ainsi que les intersessions.

3. une troisième partie donnant un aperçu des activités de coopération, de partenariat et de représentation que notre Institution a eu à effectuer au cours de l’année.

A chacun de ces rapports est annexé un document de synthèse qui met en exergue, d’une part, les principales recommandations induites par l’analyse de la situation économique, sociale et environnementale, et d’autre part, dix (10) des recommandations phares de chaque avis émis.

page2image1524893760

2

Monsieur le Président de la République,

En 2014 comme en 2015, le Conseil économique, social et environnemental a pu tenir ses quatre sessions statutaires annuelles à savoir deux (2) ordinaires et deux (2) extraordinaires.

Ces sessions ont été l’occasion, pour le Conseil de passer en revue huit (08) thématiques en 2014 et six (06) en 2015 sanctionnées par quatorze (14) rapports et avis.

Au cours des sessions de 2014 et de 2015, cent dix-sept (117) réunions de commissions dont quatre-vingt-douze (92) séances d’audition, marquées globalement par le passage de trois cent vingt (320) structures publiques et privées, ont été tenues.Trente et un (31) sites et structures ont été visités.

La tenue de quatorze (14) séances plénières pour l’examen et l’adoption des projets d’avis et de rapport en présence des Ministres concernés, nous a permis de valider les travaux de nos sessions, partie intégrante des rapports annuels que nous soumettons aujourd’hui à votre très Haute Autorité.

Quant aux travaux des sessions extraordinaires, ils ont permis des échanges fructueux sur la responsabilité sociétale des entreprises, sur le Plan Sénégal Emergent, sur les stratégies de contingence du virus ebola, entre autres.

Monsieur le Président de la République,

Les travaux en sessions ordinaires ont été sanctionnés par l’adoption de quatorze (14) avis dont les recommandations contribuent à la mise en œuvre des politiques publiques déclinées dans le PSE, cadre stratégique de référence de notre politique économique et sociale qui vise l’émergence dans la solidarité à l’horizon 2035.

Au titre de 2014, le rapport annuel contient des recommandations fortes :

  1. pour le financement de l’entreprise sénégalaise et la participation des nationaux au Plan Sénégal Emergent ;
  2. pour faire de l’économie numérique un facteur de croissance au Sénégal ;
  3. pour une prévention et une gestion des crises dans l’espace scolaire et

    universitaire en vue d’une paix sociale durable ;

  4. pour un secteur de l’artisanat compétitif, créateur de richesses et d’emplois ;
  5. pour renforcer les systèmes de protection sociale dans les stratégies de lutte

    contre la pauvreté au Sénégal ;

  6. pour l’effectivité de l’application des droits de la femme ;
  7. pour une gestion concertée du littoral favorisant la lutte contre l’érosion côtière ;

page3image1524117120

3

8. enfin, pour assurer le développement d’un secteur de l’élevage porteur de croissance.

Monsieur le Président de la République,

L’année 2015, quant à elle, a revêtu un cachet particulier par l’honneur que vous nous avez fait, le 24 septembre 2014, lors de la cérémonie de remise du rapport annuel de nos travaux de l’année 2013, de nous saisir pour évaluer les procédures du Code des marchés publics.

En effet, Monsieur le Président de la République, vous nous aviez demandé d’évaluer en toute neutralité le Code des marchés publics en tenant compte de la nécessité de garantir, à la fois, la transparence et la célérité dans la mise en œuvre des projets et programmes de l’Etat.

Permettez-moi de vous citer, Monsieur le Président de la République.

« … Il y a un conflit permanent sur le code des marchés publics entre d’une part, ceux qui sont des autorités contractantes, qui considèrent que ce code est contraignant, qu’il empêche d’avancer vite et ceux qui pensent que pour la transparence, nous devons maintenir le code tel qu’il est. Il serait bon que le Conseil évalue ce code des marchés publics sous l’angle de la transparence nécessaire mais aussi de la célérité dans l’exécution des politiques publiques… ». Fin de citation.

Monsieur le Président de la République,

Pour donner suite à votre commande d’étude, nous avons jugé nécessaire de consacrer exclusivement nos travaux de la première session ordinaire de l’année 2015 à « l’évaluation des procédures du code des marchés publics ».

L’avis qui a sanctionné ces travaux est le fruit d’une approche méthodologique inclusive et participative ayant permis l’audition de tous les acteurs impliqués dans la commande publique (autorités contractantes, organes de contrôle et de régulation, secteur privé, société civile et partenaires techniques et financiers), ainsi que des experts indépendants.

Les conclusions de l’étude révèlent que les défaillances, imputables aux acteurs de la commande publique, sont principalement à l’origine des blocages substantiels constatés dans les procédures de passation et d’exécution des projets et programmes de l’Etat.

page4image1525616976

4

Il faudrait d’ailleurs noter que la bonne qualité du nouveau code des marchés publics, est unanimement reconnue par les structures et personnes ressources auditionnéesmême si des améliorations peuvent encore être apportées à ce texte.

C’est pourquoi, à travers les 121 recommandations émises, outre celles allant dans le sens de l’amélioration de certaines dispositions du code, le Conseil économique, social et environnemental préconise le respect scrupuleux des principes, procédures et délais prévus par la réglementation sur les marchés publics en vue de garantir la célérité et la transparence dans la passation et l’exécution des marchés publics, notamment, ceux relatifs aux projets du PSE.

Dans ce cadre, le Conseil économique, social et environnemental se félicite, Monsieur le Président de la République, que vous ayez pris en charge ses recommandations en attirant l’attention de la Communauté des partenaires techniques et financiers, lors de l’ouverture de la 41ème Session du Conseil des ministres ACP-UE, sur la nécessité «de concilier l’observance des principes de transparence et d’obligation redditionnelle aux impératifs de diligence, d’efficacité et de résultats » dans l’exécution des projets.

S’agissant des cinq (05) autres thématiques abordées courant 2015, le Conseil économique, social et environnemental a voulu apporter sa contribution à la mise en œuvre du PSE à travers ses avis émis pour :

1- lapromotiond’unsecteurtouristiqueàfortpotentieldevaleurajoutée;
2- lapromotiondusecteurdelapêche;
3- lefinancementdel’acte3deladécentralisation;
4- l’adoption et la mise œuvre d’une carte sanitaire répondant aux normes

internationale en matière de santé ;
5- l’effectivitédurespectdudroitdesenfants,avenirdenotrepays.

Tels sont, Monsieur le Président de la République, les grands axes des rapports annuels de 2014 et 2015, que j’ai l’insigne honneur de vous remettre aujourd’hui.

Je ne doute point de la diligence et de l’intérêt qui seront accordés au traitement des recommandations qui constituent autant de contributions positives susceptibles d’influer sur les politiques publiques.

Monsieur le Président de la République,

A ces différents avis émis et adoptés au cours des sessions ordinaires, il convient d’ajouter les travaux effectués pendant les intersessions, qui, du reste, participent à l’animation scientifique du Conseil. Il s’agit, notamment :

page5image1526080960

5

 de divers panels et conférences auxquels ont participé d’éminents acteurs de la vie socio-économique ;

d’auditions de différentes structures publiques et privées sur des sujets de préoccupation majeure ;

 de visites d’entreprises publiques, parapubliques et de divers sites.

Il s’y ajoute la participation aux travaux du XVème Sommet de la francophonie tenu à Dakar, les 29 et 30 novembre 2014, ainsi qu’aux activités de la deuxième édition de la Journée nationale des Institutions, célébrée le 23 décembre 2014, sous votre présidence effective.

Monsieur le Président de la République,

Sur le plan international, notre Institution poursuit ses échanges d’expériences croisés avec ses homologues au sein de l’Union des Conseils Economiques et Sociaux d’Afrique (UCESA), de l’Union des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions similaires Francophones (UCESIF) mais aussi au sein de l’Association Internationale des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires (AICESIS).

Dans ce cadre, en plus de l’organisation de l’Assemblée générale de l’UCESA, tenue à Dakar au mois de février 2014, il faut noter la participation du CESE à la vie de ces organisations faitières à travers les rencontres internationales et les partenariats institutionnels.

Ces rencontres ont vu la contribution du CESE sur des questions d’actualité telles que le développement humain, le dialogue social, la lutte contre la criminalité économique, la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires, le dialogue civil et la démocratie participative, le statut des femmes, la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, la sécurité alimentaire….

C’est, d’ailleurs, dans cette même dynamique que nous avons contribué au séminaire conjoint UCESA-UCESIF sur «les défis du changement climatique, les réponses et financements pour accompagner l’atténuation et l’adaptation des économies », tenu à Dakar, le 1er juillet 2015, en perspective de la COP 21, et sanctionné par la « déclaration de Dakar » que nous avons eue l’honneur de porter à votre connaissance.

A cet effet, permettez-moi de vous réitérer mes sincères remerciements pour votre soutien, en mon nom propre et au nom de l’ensemble des participants à cette importante rencontre internationale.

page6image1544648976

6

Mais partager aussi avec vous la fierté du CESE en vous présentant le couronnement de notre participation dynamique au niveau international, le prix AICEIS 2015 du Millénaire décerné au CONGAD sous notre parrainage sur les ODD.

Monsieur le Président de la République

A ce sujet, je voudrais saluer la dynamique dans laquelle s’est engagé le Gouvernement pour mettre le pays sur la voie de l’émergence, et relever, pour m’en féliciter, le niveau d’exécution satisfaisant des projets et programmes du PSE, le lancement du Programme d’Urgence de Développement communautaire (PUDC) arrimé à l’axe 2 du PSE, à savoir le capital humain, qui ambitionne de transformer les conditions de vie des populations et de lutter contre les inégalités sociales.

Ce programme, comme vous l’avez voulu, cherche à corriger les disparités socioéconomiques entre zones rurales et urbaines en couvrant les besoins des populations en électrification rurale, en forages hydrauliques, en pistes rurales ainsi que les besoins en équipements de transformation agricole.

Le Conseil économique, social et environnemental, par ma voix, vous adresse ses vives félicitations et vous encourage dans cette dynamique de restauration de la dignité citoyenne par une redistribution équitable de nos ressources.

Face aux nombreux défis qui, il faut le reconnaitre, restent encore à relever, le Conseil économique, social et environnemental, Institution au service des pouvoirs publics et à l’écoute des populations, vous réitère toute sa disponibilité à contribuer, à la mise en forme de votre vision humaniste de justice, de paix et de bien-être des citoyens.

C’est le sens qu’il faut donner à l’appréciation que nous faisons chaque année de la situation économique, sociale et environnementale de notre pays pour permettre aux pouvoirs publics de disposer d’un relevé, certes non exhaustif, des facteurs qui empêchent ou freinent l’atteinte des objectifs fixés. Les recommandations émises dans ce cadre vont dans ce sens.

Monsieur le Président de la République

Je voudrais :
1- terminer par un témoignage vibrant à la bonne collaboration entre le

Gouvernement et l’ensemble de ses services et notre Institution mais particulièrement avec le Ministère du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions qui, de manière constante, porte beaucoup d’intérêt à nos travaux. ;

2- souhaiter que votre saisine suscite l’intérêt des différentes institutions de l’Etat ;

page7image1526360320

7

3- exprimer toute ma satisfaction aux conseillers pour leur participation active aux travaux du CESE, et saluer l’engagement dévoué, à mes côtés, de l’ensemble du personnel administratif.

Voilà, d’ailleurs, ce qui constitue la clé du succès de la première édition des journées portes ouvertes du CESE, tenue les 20 et 21 avril 2015, et qui ont suscité un regain d’intérêt des populations et des organisations socioprofessionnelles eu égard à l’augmentation sensible du nombre de requêtes de médiation ou d’audition adressées à l’institution.

Monsieur le Président de la République,

Le Conseil économique, social et environnemental vous réitère ses sincères félicitations pour les avancées démocratiques majeures que vous avez fait faire à notre pays à l’occasion de la révision constitutionnelle adoptée par le peuple lors du référendum du 20 mars dernier. Ces félicitations tiennent moins du plébiscite populaire, qui a sanctionné vos propositions, que de votre volonté de respecter la séparation des pouvoirs et la souveraineté du peuple durant tout le processus de préparation et de validation de la révision constitutionnelle.

C’est pourquoi, le CESE vous encourage à persévérer dans la dynamique du dialogue national que vous voulez instaurer avec l’ensemble des acteurs de la vie publique.

Et enfin, le Conseil vous renouvelle toute sa reconnaissance pour l’amélioration sensible de ses conditions de travail.

Je vous remercie de votre attention.

Leave Your Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *